L’emploi public français dans la norme

L’emploi public français dans la norme

Publié le 08/01/2018

Ruralite > Collectivités >

Finances publiques. Un récent rapport relativise le poids de l’emploi administratif en France. Les chiffres sont en effet à reconsidérer à la lumière des dépenses publiques et de la part de PIB dédiée.

Alors que la question de l’emploi public et de son coût occupe une place importante dans le discours politique – la dernière élection présidentielle en a été le théâtre – France Stratégie, organisme de réflexion rattaché au Premier ministre, vient de publier un rapport comparant l’emploi public français avec celui des autres pays.

Emploi sur financement public  dans la santé et l’action sociale

Premier constat, la comparaison est un exercice périlleux tant les systèmes sont différents d’un pays à l’autre. Ainsi, l’Allemagne affiche un taux d’administration (effectifs des administrations publiques pour 1 000 habitants) très inférieur à celui de la France. Mais les professionnels de santé allemands, y compris le personnel hospitalier, sont payés par le biais de contrats privés. Ils n’en sont pas moins financés sur les deniers publics et le système de santé allemand a des coûts comparables au nôtre.

France Stratégie a opté pour une comparaison d’ensemble mesurant le poids des dépenses publiques (dépenses de fonctionnement, dépenses d’investissement et prestations sociales) par habitant et par rapport à l’activité économique. En prenant en compte ces paramètres, les écarts se resserrent entre les pays riches.

Si les effectifs publics français sont assez élevés par rapport à d’autres pays (à l’exception des pays scandinaves qui ont un taux d’administration très supérieur au nôtre), cela tient aussi au choix de l’emploi direct des professionnels sans passer par des contrats privés et du faible recours à la sous-traitance.

Prestations sociales

La France se classe dans les pays à niveau élevé de dépenses et ce poids est croissant (+ 4  points entre 2005 et 2015) mais il est très largement imputable à la politique de transferts sociaux, notamment dans les branches santé et vieillesse. Les prestations sociales constituent le principal poste de dépenses publiques : l’ensemble représente 35 % du PIB. D’autres pays font davantage appel au financement privé de la protection sociale. Il représente 26 % des dépenses de protection sociale aux Pays-Bas et 38 % aux États-Unis. Ce qui n’est pas forcément moins coûteux pour le citoyen : les dépenses de santé en France sont prises en charge à 80 % par du financement public et représentent 11 % du PIB. Aux États-Unis, elles sont financées à 50 % par la puissance publique et pèsent pour 17 % du PIB.

Dépenses publiques d’éducation (en pourcentage du PIB 2014)

« La France est un pays qui a fait le choix d’une socialisation des risques importante, avec notamment des prestations sociales à la fois élevées et publiques. En revanche, s’agissant de dépenses publiques de fonctionnement, la position de la France n’apparaît pas particulièrement atypique : la prise en compte de toutes les dépenses directes et indirectes montre que l’écart avec les autres pays développés est plus resserré qu’on ne le croit » note France Stratégie.

ESTELLE DUESO

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
variable, orageux

21°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -