Agglo de Limoges : le feuilleton, saison 3

Agglo de Limoges : le feuilleton, saison 3

Publié le 06/01/2018

Ruralite > Collectivités >

Territoire. L’année 2017 avait commencé par la déclaration surprise du maire de Limoges (qui refusait la communauté urbaine) en faveur d’un passage en métropole. Un an plus tard, rien ne semble avoir évolué.

L’un défend le passage en communauté urbaine (auquel Limoges a droit), l’autre ne veut entendre parler de rien d’autre que de la métropole (Limoges étant très en deçà des seuils, elle devrait obtenir une dérogation). Les Haut-Viennois auront reconnu le scénario du feuilleton diffusé dans la presse locale depuis plus de deux ans et dont les protagonistes sont Gérard Vandenbroucke, président de la communauté d’agglomération de Limoges, et Émile-Roger Lombertie, maire de Limoges. Pourtant, ni le suspense ni les rebondissements n’ont de quoi amuser les habitants du département. Le passage en communauté urbaine aurait apporté 3,5 millions d’euros de financement supplémentaire annuel à l’intercommunalité et il ne sera plus possible d’opter pour ce statut en 2020.

Passage de plein droit

En effet, le seuil démographique pour prétendre au passage en communauté urbaine est de 250 000 habitants quand Limoges n’en rassemble que 209 000. La loi NOTRe prévoyait que les capitales de régions qui perdraient leur statut avec la réforme territoriale pourraient, quelle que soit leur population, opter pour la communauté urbaine. Jusqu’en 2020. Quant au statut de métropole, il est accessible aux ensembles de plus de 400 000 habitants dans une aire urbaine de plus de 650 000 habitants. Des dérogations ont pu être accordées mais la plus petite métropole à ce jour, Brest qui compte autant d’habitants que l’agglo de Limoges, avait auparavant le statut de communauté urbaine.

« Le président de l’agglo et le maire de Limoges ont désormais l’ardente obligation de trouver un accord. Nos concitoyens ne sont pas là à chercher s’il y a un gentil et un méchant dans cette histoire. Ils souhaitent seulement que l’on puisse dépasser les divergences au service de l’intérêt général. On peut débattre du mécano institutionnel, d’éventuelles évolutions à long terme mais il faut utiliser d’ores et déjà les outils à notre disposition. »  Laurent Lafaye, représentant du groupe socialiste et apparentés, a replacé les citoyens au centre des débats lors de l’assemblée plénière du Conseil départemental du 22 décembre. Quelques minutes auparavant, des échanges entre la majorité et l’opposition attribuaient la responsabilité de l’immobilisme qui au président de l’agglo de Limoges, qui à son maire. La question ne relève évidemment pas de la compétence du Conseil départemental mais le statut de la ville-préfecture, ancienne capitale de région, a de quoi préoccuper ceux qui sont élus pour gouverner l’instance départementale et ils ne se sont pas privés de souligner le caractère stratégique pour toute la Haute-Vienne de ce changement de statut qui ne vient pas. « Les législateurs ont permis aux capitales régionales perdant ce statut d’accéder à celui de communauté urbaine. Statut que Limoges est la seule ville à avoir refusé. Ce choix paradoxal amène ceux qui dénoncent l’inaction à se placer comme acteurs de celle-­ci. Mes chers collègues, il faut aussi oser se comparer. Et quand je vois que les Poitevins ne trouvent pas à redire de la réforme territoriale alors qu’ils ont obtenu uniquement l’implantation de la DREAL mais ils sont passés en CUB dans le même temps, usant de la dérogation législative contrairement à Limoges, cela m’interroge sur la façon dont nous appréhendons dans notre territoire les enjeux de développement », avait sévèrement constaté Jean-Claude Leblois, président du Conseil départemental lors de la même session plénière.

Dialogue de sourds

L’écho des débats du Département n’a pas dû parvenir jusqu’à l’hôtel de ville puisque les vœux envoyés à quelques heures d’intervalle par le maire de Limoges et par le président de l’agglo montraient que la communication passe toujours aussi mal. Émile-Roger Lombertie considérait le 29 décembre : « Envisager l’avenir ne pourra se bâtir que sur une gouvernance profondément modifiée et cet avenir devra se faire avec Limoges et non contre Limoges, comme c’est le cas actuellement. Cela dit, je note également avec intérêt que le président de l’agglomération a changé d’avis sur le passage de la communauté d’agglomération en métropole de plein exercice et qu’il envisage depuis très récemment de l’étudier. C’est un signal positif très encourageant. »

C’est une interprétation pour le moins libre des propos du président de l’agglomération qui indiquait récemment à la presse qu’il souhaitait reprendre le dossier de passage en communauté urbaine et que celui-ci était un préalable obligatoire avant une transformation en métropole qui lui paraissait très hypothétique. Il ajoutait d’ailleurs à ses vœux envoyés le 2 janvier : « Je voudrais que nous partagions pleinement, par la concertation, dans un véritable pacte métropolitain, l’envie qui est la nôtre d’une agglo en mouvement, au service de tous, en nous faisant évoluer, pour plus d’efficacité encore en une communauté urbaine voire en métropole, dotée des moyens supplémentaires indispensables à un nouvel élan économique, universitaire et culturel. Je souhaite qu’en ce domaine chacun trouve cette sérénité indispensable qui préside aux grandes décisions. » Les Haut-Viennois ne peuvent qu’espérer la réalisation de ce souhait.

ESTELLE DUESO

Annonces légales

Deposer une annonce légale

Déposez une annonce légale dans le journal L'Union Agricole

Éditions papier

Voir l'édition papier Consultez les archives de L'Union Agricole

Se connecter

Abonnement

Abonnez-vous

Et accédez dès à présent à nos services exclusifs

Je m'abonne au journal l'Union Agricole

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Déjà abonné

Déjà abonné au journal l'Union Agricole

Saisissez votre numéro d'abonné ci-dessous

Météo du Limousin

La météo Limoges Bellac Rochechouart Brive-La-Gaillarde Tulle Ussel Égletons Uzerche Guéret La Souterraine Bourganeuf Chambon-Sur-Voueize La Courtine
bien ensoleillé

17°

Limoges

Cotations

Jeunes bovins

Carcasses de veaux de boucherie
Elevé au pis rosé clair u

s.50 : 6,53 €/kg Augmentation

s.49 : 6,42 €/kg

Jeunes bovins

Bovins limousins à engraisser
Mâle u 300kg

s.50 : 2,65 €/kg Identique

s.49 : 2,65 €/kg

Jeunes bovins

Cotations gros bovins entrée abattoir
Vaches

s.50 : 4,60 €/kg

s.49 : €/kg

Ovins

Agneaux de boucherie
Prix moyen pondéré des agneaux

s.50 : 6,49 €/kg Augmentation

s.49 : 6.47 €/kg

Cotations complètes
- Service abonnés -